retour index

Attention, changement d'URL : www.bonheur-couple.fr

 

Home

Vivre à deux
Langage...
Crises du couple
Fusion et distance
Paternité
Sexualité
Mariage
Vie Professionnelle
Confiance
Amour vrai
Mariage religieux ?
Balise de détresse
Liens
Conseils conjugaux
Nous Contacter
FAQ
Qui sommes nous
Bibliographie
Plan du site
Recherche
Enquète
Articles en ligne (liens externes)

Pulsions, esclavage ou liberté...

 La sexualité sans amour

A l'inverse d'une sexualité positive qui conduit à la communion mutuelle d'un homme et d'une femme dans la durée, la sexualité peut être lieu de servitude et d'enfermement.

Lorsque l'autre est réduit à un objet capable d'assouvir mon plaisir, lorsque le visage de l'autre, la tendresse sont absents, la sexualité est un enroulement de moi autour de moi-même et je perds ma liberté en me rendant esclave de ma pulsion.

 

La libération de cet esclavage passe par la maîtrise de soi, l'apprentissage d'une distance entre moi et mon désir. Elle nécessite une rupture, presque une désintoxication et en tout cas un décentrement. Elle peut ensuite conduire à la transformation du regard que l'on porte à l'autre. Un regard plus attentif à l'autre mais aussi la volonté de dépasser mon animalité pour être homme, vraiment homme...

 

Un sexologue raconte que lors d'une consultation une femme lui avouait que lorsque son mari lui offrait des fleurs elle savait que c'était parce qu'il voulait acheter son consentement par des extravagances... A méditer sur le sens du don gratuit et de l'accueil de l'autre...

 Rencontre sexuelle, quelques chemins

Chez l'homme, marqué par une disponibilité psychologique et physique très supérieure, un apprentissage est souvent nécessaire pour que sa fougue se sublime en attention et respect du temps intérieur de la femme. Quelques astuces sont préconisées par les sexologues pour que son désir soit transformé en joie partagée.

 L'expression du désir

Exprimer un désir, c'est introduire un dialogue. Souvent des signes, des attentions sont mal interprétées. Ainsi cet homme qui croyait depuis 10 ans que sa femme était partante parce qu'elle se couchait nue, alors que ce n'était qu'une habitude de célibataire (pendant 10 ans, ils s'est donc jeté sur elle tout les soirs...et elle n'osait pas lui dire...).

 La tendresse au service de l'attente.

Si certains gestes provoquent chez l'homme une excitation trop rapide, certains permettent de tempérer une pulsion, de marquer l'attention de l'autre, sa tendresse. Une main posée immobile, une étreinte , une parole de compréhension vont alors permettre de retarder l'union, de trouver un lieu de rencontre plus partagé donc plus vrai.

 La rencontre réservée :

Dans certains cas, la rééducation d'une sexualité trop à fleur de peau, peut passer par cet apprentissage qu'est la rencontre immobile des corps où l'absence de mouvement permet une union sans recherche de l'orgasme. Cette proximité respectueuse des conjoints dans leur chair permet de réguler et de sublimer leur désir mutuel pour donner place à la simple tendresse, à l'abandon de la quête effrénée d'un plaisir au profit d'une rencontre plus vraie. Elle n'est possible que lorsque les deux se sont mis d'accord au préalable pour ne pas aller jusqu'à la consommation de leur union..., pour une rencontre « tendre »

 

 

Tous ces chemins n'engendrent pas la frustration mais au contraire la sublimation. Le désir, ce formidable instinct de vie qui nous rapproche de l'autre devient alors amour partagé et engendre la joie.

 

 Rencontre des corps, rencontre des sens

La rencontre n'est pas que dans le toucher, elle met en oeuvre de nombreux moyens...

La parole,

Elle prépare à la rencontre, permet l'harmonie des coeurs,

La vue

Le regard de l'autre est signe de tendresse, caresse d'une rencontre, d'un face à face...

L'odorat

Les odeurs ne sont pas à négliger dans une rencontre. Elles ont leur rôle dans la préparation de chacun...

Le toucher

Il est une voie royale à condition de ne pas se centrer trop vite sur l'essentiel,

L'ouïe

L'expression du plaisir n'est pas une irruption mais un partage, elle est le cadeau en retour de l'attention de l'autre...

Le baiser

Il est échange, communion. Prélude à l'union des corps, il permet la lente préparation des esprits. Le baiser est un concentré d'échange, de don et de réceptivité. Il donne le ton de la qualité d'une rencontre. L'ouverture réciproque est conditionné par cette rencontre des visages et au travers elle par cette complétude du langage qui s'éteint pour donner naissance à une communion.

Mais le baiser ne peut être exigé, arraché. C'est pourquoi il est signe d'une disponibilité.

 

 Ouverture à la vie...

La rencontre prend une dimension plus grande quand elle conduit à cette merveille qu'est l'enfant. L'enfant est le cadeau qui vient à la fois sceller et bouleverser la rencontre. Il nous échappe et nous fait grandir, modifie la qualité de notre rencontre. Il nous dérange aussi, nous forçant à l'ouverture et à l'amour.

Le corps de la femme réagit périodiquement à cette fécondité possible. Son corps se fait plus réceptif. Ses sécrétions intimes se liquéfient Son désir est plus à vif, à fleur de peau. Elle expérimente alors ce que l'homme ressent plus quotidiennement.

Cet apprentissage du désir chez la femme peut-être d'ailleurs pour elle un moyen de percevoir ce que ressent son mari.

Mais cette perception n'est possible que lorsqu'elle ne met pas de frein à sa fécondité. En nivelant sa fécondité, certains contraceptifs hormonaux peuvent niveller également son désir et la rencontre sexuelle perd pour elle une grande partie de son attrait. La question de l'enfant peut être l'opportunité d'un dialogue sur la fréquence et la qualité de ses relations.

Lorsque l'opportunité d'un enfant est évacué, la sexualité du couple perd parfois l'opportunité d'un dialogue respectueux sur la fréquence et la qualité de ses relations.

Mais ce n'est qu'un écueil. En effet, l'utilisation de moyens moins mécaniques ne garantit pas que le dialogue sur la fécondité du couple soit instauré. En se limitant à une constatation du possible/non possible, le couple ne s'interroge pas plus sur la volonté réciproque d'union. C'est pourquoi toute l'analyse développée plus haut sur une rencontre attentive et sur une sexualité couronnant la tendresse est plus importante, à nos yeux, que des considérations sur les moyens. Ce qui importe avant tout, c'est la qualité de l'amour des conjoints, leur recherche d'un amour vrai au service du bonheur du couple, d'un « nous » vivant et fécond pour une parentalité responsable. Tout en dépend. L'ouverture d'un dialogue sur rythmes, désir, plaisir, à l'intérieur du couple est essentiel.

 

 

Pprécédente home psuivante

Copyright : BDC 1999-2012 ...