retour index

Attention, changement d'URL : www.bonheur-couple.fr

 

Home

Vivre à deux
Langage...
Crises du couple
Fusion et distance
Paternité
Sexualité
Mariage
Vie Professionnelle
Confiance
Amour vrai
Mariage religieux ?
Balise de détresse
Liens
Conseils conjugaux
Nous Contacter
FAQ
Qui sommes nous
Bibliographie
Plan du site
Recherche
Enquète
Articles en ligne (liens externes)

Point de vue d'une conseillère conjugale :

Plus parents qu'époux ?

Un équilibre difficile, mais essentiel.

 Le désir de bonheur familial

Quoi de plus naturel pour un couple qui s'aime que de rêver à l'enfant, aux enfants que leur rencontre va pouvoir engendrer ? Porté par l'élan amoureux, fortifié par leur choix mutuel, tout couple va avoir envie de faire partager son bonheur en créant une famille. Mais cette harmonisation spontanée entre le bonheur du couple et le bonheur d'être parents ne s'avère pas tout à fait aussi facile dans la réalité que dans les désirs.

Bien des contes de fées qui se terminent par "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants" pourraient nous faire croire que l'on entre avec la rencontre amoureuse dans un paradis familial où il n'y a plus ni peine ni souffrance. Ce serait mal comprendre cette fin idyllique qui vient plutôt nous rassurer sur le fait que, malgré toutes les difficultés, toutes les épreuves, le bonheur reste possible à construire. Car enfin les familles des contes de fées ne sont guère harmonieuses: il y a des marâtres, des pères faibles qui ne savent pas protéger leur enfant, voire qui le sacrifient à leur tranquillité conjugale. Blanche Neige ou Cendrillon n'ont pas une vie familiale heureuse et, pourtant, elles n'ont pas perdu l'envie de créer une famille et, même, n'ont peut-être pu supporter leur malheur que parce qu'elles portaient en elles cet espoir du Prince charmant et d'une famille heureuse. Paradoxe qui nous touche et nous interroge.

Comment parfois en arrive-t-on à l'inverse du désir initial, du projet d'origine ? Combien de fois n'ai-je pas entendu: Nous n'avons quand même pas fait un gosse, signe de notre union, pour en arriver à penser séparation !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 De la conjugalité à la parentalité

Dans notre société, couple et famille se créent essentiellement à partir de nos demandes, de nos attentes affectives. Pour se séparer du monde affectif de son enfance, c'est une voie assez répandue que de s'appuyer sur un nouveau lien très fort, en devenant ce nouvel amoureux et en se projetant ainsi dans une nouvelle famille à créer. A partir de l'équilibre affectif de chacun, le rêve de l'enfant peut prendre racine dans et par son couple.

Parler de maternité et de paternité responsables présuppose que cette articulation entre la satisfaction de la vie conjugale et la satisfaction escomptée de l'enfant désiré ne soit pas chargée de trop d'ambiguïtés, même lorsque c'est bien le désir commun des conjoints qui appelle cet enfant à naître: pour combler la déception relative de voir son mari autrement qu'elle l'avait imaginé, cette jeune femme peut avoir envie d'un bébé sur lequel elle projettera ses espoirs déçus; pour échapper un peu à l'emprise d'une épouse trop possessive, cet homme rêve de lui faire cadeau d'un bambin bien accaparant qui lui laisserait un espace de liberté. Désir commun ne veut pas dire même désir, mêmes attentes.

D'une part s'expriment dans le désir d'enfant de chacun, des motivations multiples plus ou moins conscientes, plus ou moins exprimables, qui lui donnent toujours une certaine opacité, un je ne sais quoi de mystérieux. D'autre part, dans cette commune union du désir du couple, surgit la différence qui préfigure déjà la nécessaire triangulation future: devenir mère n'est pas devenir père et réciproquement bien sûr. C'est tellement évident qu'il paraît absurde d'en parler. Mais que va-t-elle être exactement, cette différence ?

Qu'est-ce que la venue de l'enfant va nous révéler de nous-même et de l'autre ? A la différence "Homme-Femme" autour de laquelle s'organise la vie conjugale va s'ajouter la différence "Père-Mère". Quel père va devenir un mari charmant mais un peu effacé ? Peut-être un père autoritaire et exigeant ? Quel type de mère adviendra-t-il de cette jeune femme insouciante ? Peut-être une mère angoissée et hyperprotectrice ? Quelle place va-t-il rester à la relation de couple si chacun s'investit trop exclusivement dans ce nouvel attachement ? Rivalité, jalousie ne sont pas rares. Nous les voyons par exemple ressortir bruyamment quand il y a une séparation du couple: "Ma femme ne s'occupait plus de moi";

Il passait tous ses caprices à notre fils parce qu'il voulait être le préféré et moi j'avais le rôle ingrat de dire "non", comme des reproches qui justifieraient alors la rupture du couple. Ce qui est sûr, c'est qu'avec l'arrivée de l'enfant font irruption dans le couple (au sens propre et figuré) les deux lignées familiales ! Car cette émergence de la parentalité pour chacun se fait à partir de sa propre histoire selon les identifications qui lui ont permis de construire son idéal parental. Pour faire très simple, je dirais que la femme désire trouver en son mari un père qui aurait toutes les qualités qu'elle a appréciées chez son père, et pas les défauts, les manques dont elle a souffert; que l'homme désire que sa femme devienne cette mère idéale qui aurait toutes les attitudes qu'il aime chez sa mère, et surtout pas celles qu'il ne supporte pas. Parallèlement, il est bien utile, pour aider son conjoint à accéder à son être parental, de connaître et de comprendre sa famille, les modèles qui lui ont servi à construire ses images parentales.

La venue de l'enfant déclenche donc chez tous les couples un remaniement psychoaffectif important où les familles et le passé de chacun s'entremêlent, souvent à leur insu, pour leur permettre d'assumer leurs nouveaux rôles. Crise de croissance du couple dont l'équilibre antérieur est en partie caduc, du moins doit s'élargir pour faire place à ce tiers que sera toujours l'enfant.

 

 

Au projet initial du couple, s'épanouir dans son identité d'homme et de femme, par et dans son amour, s'ajoute celui de s'entraider mutuellement à devenir des parents: alors commence la longue marche des parents. Quand cesse-t-on d'être parents ? Heureusement le bébé, I'enfant, aide aussi ses parents. Son éveil à la vie, son besoin de tendresse, son dynamisme et son dénuement leur donnent tant de joies et d'émotions qu'ils sont dans l'émerveillement: les parents l'ont engendré et lui les fait naître à leur parentalité. Ceci n'est pas vrai seulement du premier enfant, mais aussi des suivants, car chaque enfant dans sa différence, son unicité, fait découvrir à ses parents une nouvelle façon d'être père et mère - contempler ensemble la frimousse de son bébé, c'est la plus belle image que le couple découvre de lui-même où le couple et l'enfant, indissolublement liés, s'ouvrent à tous les futurs. Ces rêves, si anciens parfois, réactualisés pendant la grossesse, entourent comme une aura le berceau du nouveau-né: la naissance est un temps fort où, souvent, s'harmonisent et se renforcent spontanément le conjugal et le parental.

Mais cet enfant que le couple découvrait ensemble comme un "toi et moi merveilleux" va devenir "lui" et se dégager plus ou moins vite de cette image initiale pour exister dans sa réalité, devenir parfois la caricature du "toi et moi réunis". Ce n'est pas possible, disait une mère en riant à son mari en parlant de leur fils: Daniel. est plus têtu que toi et moi réunis ! Il peut devenir cet autre étrange, étranger, voire hostile parfois; cet adolescent fuyant, provocant, mal dans sa peau ou même cet adulte meurtri, aigri, désespéré. Tout cela est loin de l'image idyllique du joyeux bébé - et c'est le temps de l'épreuve pour les parents, que tous, bien sûr, ne traverseront pas.

 La conjugalité doit résister aux mésaventures possibles de la parentalité.

Mais comment faire pour que certaines épreuves de la parentalité n'entraînent pas trop de difficultés conjugales ? En effet, la souffrance d'un enfant mal dans sa vie, quel que soit son âge, fait souffrir les parents et éclore en eux une grande culpabilité. Qu'est-ce que nous avons fait, ou pas fait, pour qu'il en soit ainsi ? Question lancinante bien destructrice pour le couple, car le A qui la faute ? sous-jacent va réveiller en chacun de vieilles blessures, réactiver sans doute en soi, provoquer parfois des conflits insolubles qui fragilisent le couple dans une période où il aurait besoin de se sentir fort. Quand l'enfant ne renvoie plus au couple une bonne image. Quand, à plus forte raison, il le blesse, ne juge-t-on pas l'arbre à ses fruits ? Le couple se doit d'entretenir lui-même sa bonne image et de trouver d'autres sources de satisfactions et de gratifications. J'ai reçu certains couples dont les difficultés avec un enfant avaient complètement envahi le champ de leurs relations au point de provoquer leur rupture. Je pense aux parents dont les adolescents, les jeunes adultes dérivent dans la drogue, l'alcoolisme, la délinquance, tous les graves dysfonctionnements personnels et sociaux qui remettent en cause l'éducation reçue et culpabilisent la famille. Or cette culpabilité repose, en grande partie, sur une illusion pernicieuse, celle de la toute-puissance parentale. Si un petit enfant a besoin de croire en cette toute-puissance des adultes, que les parents n'entretiennent pas une telle croyance chez lui en se pensant toujours plus ou moins responsables de ce qui arrive à leurs enfants ! Car les réussites comme les échecs des enfants n'appartiennent pas aux parents, même s'ils se sentent solidaires. Par contre, ce qui leur appartient c'est de faire vivre leur couple, base de leur famille. Ce que les enfants, même adultes, demandent à leurs parents, c'est la fiabilité, la solidité de leur couple. Si, souvent, ils essaient de profiter des failles possibles, des divergences inévitables et nécessaires et de provoquer ainsi discussions et disputes entre leurs parents, peut-être est-ce une façon de s'assurer que, derrière les craquelures de la parentalité, il y a une conjugalité qui tient le choc ?

Morceaux choisis d'un article de D. Balmelle,
ancienne conseillère conjugale à l'AFCCC,
dans la revue

Reproduit avec l'autorisation de l'auteur...

Retour

 

Copyright : BDC 1999-2012 ...