retour index

Attention, changement d'URL : www.bonheur-couple.fr

 

Home

Vivre à deux
Langage...
Crises du couple
Fusion et distance
Paternité
Sexualité
Mariage
Vie Professionnelle
Confiance
Amour vrai
Mariage religieux ?
Balise de détresse
Liens
Conseils conjugaux
Nous Contacter
FAQ
Qui sommes nous
Bibliographie
Plan du site
Recherche
Enquète
Articles en ligne (liens externes)

Point de vue d'un chrétien :

Du désir de se marier

à la décision de faire alliance

 Au fond de tout désir amoureux repose un fantastique potentiel d'amour.

Au commencement étaient le sourire, la séduction, le désir d'amour. Au commencement était la volonté de recevoir de l'autre, d'être comblé par l'autre. Au commencement était le désir d'oser faire un pas vers l'autre.

 Apprendre à discerner l'essentiel

Les arguments invoqués pour expliquer le désir de mariage sont toujours très variés. Ils traduisent la nature souvent complexe de toute relation amoureuse. Exprimer clairement les raisons d'une demande en mariage est un exercice difficile.

Les termes évoqués sont souvent:

- la décision de fonder une famille et donc d'avoir des enfants,

- le désir d'officialiser vis-à-vis de la société son union,

- la volonté de construire ensemble un nouveau chemin basé sur une confiance plus totale.

- le sentiment d'une continuité et surtout l'impression d'être faits l'un pour l'autre, avoir une impression de "complémentarité" (1).

Il est important alors de préciser les fondements de tout désir d'engagement.

L'enjeu, c'est de définir le mot "amour", de définir les forces qui nous unissent l'un à l'autre et pour lesquelles un discernement semble nécessaire.

L'une des clés d'analyse de cette approche peut être résumée dans les trois niveaux de l'amour retenu par saint Augustin.

- Aimer être aimé (Amare Amari)

Dans toute histoire, la première rencontre contient nécessairement une composante narcissique, valorisante, I'impression d'être reconnu et apprécié dans son humanité totale. Elle rassemble à la fois l'appréciation de l'autre sur l'image de son propre corps, transformé par le désir de séduire, mais également les multiples facettes du visage (2), avec ses différents degrés d'intériorité.

- Aimer Aimer (Amare Amare)

Dans le même temps coexistent le bonheur donné à l'autre, le rêve d'une complémentarité possible, mais aussi un début d'échange et une humanité plus grande.

- Aimer (Amare)

Le niveau le plus difficile à percevoir et à vivre, c'est l'amour-charité, I'Agapè, le vrai amour. Il peut être introduit par la joie du don, de la gratuité, mais également la joie du recevoir.

Amour-Agapè l'Amour "qui ne cherche pas son intérêt" (3)

Cet amour-agapé est présent dans chacun de nous et réveiller cette intériorité est essentiel. Elle introduit d'autres notions plus délicates, la découverte des différences, l'asymétrie entre les désirs de chacun, la découverte d'un chemin de pardon.

Il nous faut aller au cĻur de nos désirs, dépasser l'inaccessible complémentarité, comprendre l'importance d'un dialogue vrai et total, découvrir les voies de l'humilité, être attentif au désir intérieur de l'autre, apprendre à faire le premier pas (4), alors que nous attendons si souvent plus que nous ne voulons donner.

Alors l'amour-agapè prend tout son sens: "Un amour plus fort que la mort" (5).

Dans les moments difficiles, malgré les faiblesses et le désespoir, voire la violence de l'autre, avoir la foi, l'espérance d'un amour qui croit en l'humanité de l'autre. Un amour qui espère qu'au fond de lui-même (6) l'autre est capable de se ré-veiller, de retrouver le chemin de l'humble désir d'aimer et d'être aimé.

C'est la patience des petits pas, de la joue gauche tendue (7) mais que précède notre regard aimant, le regard qui espère.

Au-delà du désir premier transparaît alors le temps de l'attente, de la patience, voire de la chasteté, loin d'un bonheur éphémère, dans la grâce de la dépossession de soi-même. Tendre à aller "au-delà de (son) être pour l'autre" (8), à une distance infinie de son Moi, se vider soi-même (kénose) (9) pour accueillir l'autre dans son humanité.

 

 

 Dieu présent

Alors Dieu se révèle tout naturellement au plus profond de nous.

Car là, plus encore, c'est Dieu présent, premier, celui qui a tout donné d'abord et qui attend ensuite, au fond de nous-mêmes, dans l'espérance d'un retour. Dieu image et chemin de l'éternelle gratuité. Le Christ qui le premier s'est livré, exposé et mis à nu dans le décentrement total de lui-même, scellant ainsi la Nouvelle Alliance.

Nous sommes alors appelés à découvrir l'existence de cet Autre qui pré-existe à notre désir et de qui nous recevons l'amour. Alors, dépassant l'approche "humaniste", l'amour conjugal s'inscrit dans une autre dimension, plus vaste encore, celle du mariage-sacrement. Celle d'un Dieu présent qui purifie notre regard et rend ouvert au travail de l'Esprit, de la Charité et de l'Espérance.

Nous pouvons alors prendre conscience que l'alliance humaine s'inscrit dans une alliance plus grande, qu'elle est signe de l'éternel Amour, de l'Alliance scellée à jamais entre le Christ et son Eglise (10).

 

 

 

(1) Voir la très bonne analyse de X. Lacroix qui montre l'insuffisance de cet idéal dans Les Mirages de /'Amour, Bayard Centurion 10/97, p. 25 et ss. (2) Cf également de X. Lacroix, Le corps et l'Esprit, Vie Chrétienne. (3)1 Corinthiens 13, 5 (texte où l'apôtre utilise le terme grec assez rare d'Agapé). (4) Cf Lévinas: Autrement qu'être ou au-delà de l'essernce, Poche, p. 134. (5) Cantique des Cantiques, 8. (6) "L'agenouillement devant le sanctuaire éternel que l'Autre est appelé à devenir", à propos du lavement des pieds, M. Zundel (Vie, Mort et Résurrection, Anne Sigier 2/97 p. 84). (7) Luc 6, 29. (8) Lévinas, ibid. (9) Terme grec utilisé dans Philippiens 2, 7.(10) Ephésiens 5, 25.

 

Morceaux choisis d'un article de C. Heriard,
dans la revue

Reproduit avec l'autorisation de l'auteur...

Retour

 

Copyright : BDC 1999-2012 ...