retour index

Attention, changement d'URL : www.bonheur-couple.fr

 

Home

Vivre à deux
Langage...
Crises du couple
Fusion et distance
Paternité
Sexualité
Mariage
Vie Professionnelle
Confiance
Amour vrai
Mariage religieux ?
Balise de détresse
Liens
Conseils conjugaux
Nous Contacter
FAQ
Qui sommes nous
Bibliographie
Plan du site
Recherche
Enquète
Articles en ligne (liens externes)

Point de vue d'une conseillère conjugale :

Le désir, fondement du couple

Différents à l'origine, blessés aussi parfois, les désirs de l'un et de l'autre évoluent. Comment les percevoir et comment se les communiquer

Le couple et la famille sont au centre du désir humain le plus fondamental: être aimé et aimer. En effet, d'une part, c'est la rencontre de ces désirs entre deux personnes qui engendre le couple. D'autre part, ce ne peut être que dans la sécurité affective des parents qui entendent et tiennent suffisamment compte des besoins du bébé que celui-ci peut naître au désir. Toute éducation est supposée permettre à chaque enfant cette accession au monde du désir. Ainsi, de génération en génération à travers chaque culture familiale, enrichie ou appauvrie au gré des alliances, se transmet le désir du beau, du vrai, du bien. En chacun, nourri très inconsciemment de toutes les expériences d'amour de ses aînés, peuvent alors éclore ses propres capacités d'amour.

 Le désir au fil des ans

Comment vont se rêver, se dire, se vivre ces désirs qui ont uni les amoureux ? Comment vont-ils évoluer en butte aux réalités quotidiennes ? Cette petite graine du désir d'aimer et d'être aimé va-t-elle trouver dans le couple un terreau qui la fasse s'épanouir et devenir l'arbre de vie ? Ou va-t-elle s'étioler, mourir peut-être, trop fragile, trop vite atteinte par d'inévitables déceptions, par la sécheresse des échecs ?

Quoi qu'il en soit, dans toute harmonisation progressive des désirs, il y aura des périodes sereines où tout semble acquis et des temps de crise où tout coince. Comme disent certains jeunes avec une philosophie qui se veut blasée: " Bah !" Il y a les jours "sans" et il y a les jours "avec" ". Quand nous sommes dans le temps des "avec" réjouissons-nous, profitons-en "sans" triomphalisme"; quand arrivent des jours "sans", réveillons notre vigilance, aiguisons notre réflexion pour comprendre comment redresser la barre efficacement. Si le parcours de chaque couple est original, unique, les difficultés rencontrées sont les mêmes pour beaucoup de couples et il vaut mieux les prévoir pour y faire face sans dramatiser.

La différence: on est différent même là où l'on se croyait "pareils". Même désir de s'aimer, différence dans les moyens et la façon de le vivre. Heureuse différence qui peut favoriser l'ouverture, l'enrichissement mutuel, qui évite la confusion mais qui peut aussi entraîner des malentendus et désorienter par son côté inattendu peu intégrable parfois dans le système communautaire.

" Il/elle m'aime, je le sens bien, mais pas comme j'aimerais qu'il/elle m'aime ". Plainte fréquente des consultations conjugales. Chacun manifeste son amour à sa façon, en fonction de son éducation, de son histoire, et chacun pense spontanément qu'il va être aimé comme il en a envie.

Se découvrir mutuellement dans le registre de ses attentes affectives fait partie du dialogue initiatique des amoureux avec souvent l'illusion que l'on s'est vite et bien compris parce que, en un accord tacite, on a évité ce qui pourrait "fâcher". Or il faut un long temps d'écoute, d'observation, de réflexion pour mieux comprendre sa propre histoire affective et celle de l'autre. Les relations sexuelles - manifestation privilégiée de l'amour donné et reçu - ne peuvent devenir épanouissantes pour chacun que s'il se sent accepté et respecté dans sa différence et s'il perçoit dans le désir de son conjoint l'écoute de son propre désir.

 Les blessures perturbent la circulation du désir

Personne n'arrive à l'âge adulte sans "quelques bleus à l'âme", sans avoir été blessé dans son désir d'être aimé et sans avoir découvert combien il est parfois difficile de montrer son amour à l'autre. Il y a d'inévitables ratés dans nos relations d'amour: qui est le/la préféré/e de ma mère ? Pourquoi mon père à qui je veux montrer mon amour n'a-t-il jamais de temps pour moi ? Mes parents sont-ils injustes ? Comment accepter de n'être pas l'unique objet de leur amour ? Comment ne pas avoir peur qu'ils ne m'aiment plus quand ils divorcent et n'ont pas réussi à s'aimer ?

Ces blessures dont l'intensité résulte plus du ressenti subjectif que de l'objectivité des faits, vont perturber la libre circulation de nos désirs en nous-mêmes et dans notre relation avec les autres, principalement notre conjoint. Elles gauchissent notre capacité à aimer comme celle à être aimé. Voici un exemple très schématique pour éclairer un peu ces propos.

Mr ou Mme X ressent au fond de lui/d'elle un profond sentiment de dévalorisation malgré une réussite sociale certaine. Cette dépréciation de soi: "Je ne vaux rien, je ne suis pas aimable, etc." va entraîner des attitudes relationnelles très variées, mais toujours un peu difficile à comprendre pour l'autre.

Certains vont se replier sur eux-mêmes avec une inhibition de leurs désirs, du moins dans leurs manifestations; scepticisme, doute, dérision peuvent les rendre peu amènes, froids et distants. Mais toutes ces attitudes défensives, le conjoint doit les interpréter comme des demandes, certes dissimulées, d'amour et de réassurance.

Pour d'autres, la réaction à leur ressenti dévalorisé les portera à des attitudes très oblatives; toujours prêts à montrer leur amour aux autres, ils se mettent à l'écoute de leurs désirs, particulièrement de ceux de leur conjoint, sans oser faire de demande personnelle. Piège redoutable pour le couple où s'installe une relation à sens unique sans heurt ni conflit, mais avec un appauvrissement dans l'échange des désirs, d'où une fragilisation à long terme.

Ainsi donc ce qui paraît si simple et naturel: s'aimer, peut s'avérer parfois bien compliqué et nécessite alors une grande intelligence de cur pour saisir toutes les arcanes du désir en soi et en l'autre. Un regard extérieur et compétent peut faciliter cette compréhension mutuelle.

 Se communiquer ses désirs ?

Reste enfin à gérer ce paradoxe: à chaque couple de sentir jusqu'où il peut aller - paradoxe entre le désir que l'autre lui révèle des désirs qu'il n'arrive pas lui-même à se formuler, à s'autoriser, et la peur de se sentir violé au plus intime de son être par ce conjoint qui vous connaît si bien...

Cette communication mutuelle des désirs va donc être très variable d'un couple à l'autre.

Si l'expression du désir entraîne ipso facto la nécessité de sa réalisation, si une non-adhésion au désir est vécue comme un outrage, voire la négation de la personne, si des recoins trop fragiles sont touchés, des vieilles blessures trop réactivées, alors l'échange peut vite se transformer en conflits ou en repli stratégique. Si, au contraire, une certaine capacité à prendre du recul avec son désir permet de n'être pas trop meurtri quand le conjoint n'y adhère pas et même manifeste étonnement ou irritation, l'expression en sera plus fluide, plus tranquille. Parfois on pourra même découvrir le cheminement de son désir chez l'autre: il arrive en effet qu'un désir de l'un, d'abord dérangeant ou choquant pour l'autre, se révèle, tout compte fait, acceptable et même agréable. Certaines réactions immédiates très défensives ne veulent-elles pas dire au fond que ce désir plaît en même temps qu'il fait peur ?

D'où cette expression de sagesse populaire: " Il ne faut jamais dire "fontaine je ne boirai jamais de ton eau" ". Sachons être patients avec nos désirs et avec ceux de l'autre pour que, loin de provoquer blocages et conflits, leur expression favorise une créativité: d'un désir de l'un, de l'autre, peut naître un désir commun. Mais une créativité plus spécifique du couple n'est pas tant de découvrir des désirs nouveaux que d'inventer ensemble un langage, qui évolue avec les années, pour faciliter cette circulation du désir.

Morceaux choisis d'un article de D. Balmelle,
ancienne conseillère conjugale à l'AFCCC,
dans la revue

Reproduit avec l'autorisation de l'auteur...

Retour

 

Copyright : BDC 1999-2012 ...